"Coup de sifflet" à la brasserie

Le titre de cet article vous laisse dubitatif ? Ce n’est pas le cas de nos nombreux riverains...

 

Ils vivent au rythme de notre sifflet à vapeur retentissant à des heures fixes les jours ouvrables. Aujourd’hui encore, il s’enclenche manuellement : il suffit de tirer la manette dans la chaufferie, où la vapeur est générée, pour faire résonner ce son aigu produit sous la pression de la vapeur qui s’échappe.

 

Haacht stokerij anno 1920L’utilisation du sifflet à vapeur remonte à peu près à l’époque de la naissance de notre brasserie. Il servait alors à signaler aux ouvriers, qui travaillaient souvent sur des lignes de production bruyantes, qu’il était l’heure de s’atteler à la tâche, de prendre leur pause ou de rentrer chez eux.

 

 

Notre chaufferie dans les années 1920  – 2 000 kg de vapeur par heure et par chaudière

 


Stoomfluit Brouwerij HaachtPlusieurs heures ont été conservées jusqu’à ce jour, mais il est possible que d’autres aient disparu au fil du temps. Mais le vendredi saint à 14h30, par tradition, le sifflet résonne toujours pendant 15 longues secondes. Une autre tradition était de faire cuire du hareng et du boudin chaque vendredi sur les conduits bouillants des chaudières dans la chaufferie. Cette coutume s’est perdue il y a des années déjà, à la suite du renforcement de l’isolation des installations. On peut le regretter mais, d’un autre côté, ces pratiques n’ont plus vraiment leur place dans les entreprises modernes d’aujourd’hui.

 

La pause se prend maintenant à tour de rôle, mais la tradition du sifflet à vapeur n’a pas disparu pour autant. Si bien que lorsqu’il tombe en panne, il est immédiatement réparé. « Ça n’a pas encore sifflé ? », entend-on parfois ici lorsque le mécanisme est actionné plus tard que prévu. Certains parviennent même à deviner quel chauffeur l’a enclenché à la durée du coup de sifflet.

 

Nos chauffeurs sont au nombre de quatre, afin d’avoir toujours au moins une personne présente. Bien qu’ils travaillent un peu dans l’ombre, vous conviendrez aisément que leur fonction au sein de la brasserie est essentielle : sans vapeur, pas de bière, pas de machinerie opérationnelle, pas de remplissage de bouteilles de CO2 Rien de plus normal, donc, qu’ils se fassent entendre régulièrement !